– Approchez, approchez M’sieurs, Dames,

Avant d’embarquer sur le canal, il faut garer vos véhicules à moteur , ça ne cadre pas avec l’époque !
Ceux des bénévoles, c’est « Port de GUENROUET »
Ceux des spectateurs, ce sera « PORT de REDON » ou « PORT de BLAIN ».

OHE la Vigie … Pas de pirate ! Près de l’entrée, une équipe souriante fouille les sacs et vérifie les billets.

– Toujours un p’tit quelque chose qui cloche du côté des décors.
L’écluse ne roule pas droit, le vérin se grippe.
Un clic par ci, un clic par là, on serre avec la clé de douze …
et voilà c’est prêt pour une nouvelle représentation !

– Chaque soir, il faut remettre manuellement dans l’axe le château et l’auberge. La manœuvre requiert toute la main d’œuvre disponible.
A trois … 1,2,3 , Ho hisse ! Par le haut, par le bas, il faut filer droit !

– Un bouton qui saute, une tunique qui se déchire … Les cousettes poussent l’aiguille, donnent un coup de fer, aident à l’habillage. Elles sont vraiment multi- tâches avec gentillesse, compétence et sourire.

– A cours du spectacle, les acteurs prennent de l’âge, mais si ! mais si ! Les maquilleuses ajoutent quelques rides, quelques cernes, blanchissent cheveux et bacchantes.
Que vous voilà beaux et belles en atteignant la quarantaine !!!

– A « L’AUBERGE DE L’ECLUSE », l’équipe en orange s’active telle de petites abeilles à servir crêpes et galettes, gâteaux nantais, bottereaux et fars aux pruneaux qui partent comme des petits pains.
Quant  « AU JOYEUX BATELIER », les serveurs aux gilets verts apportent aux gorges asséchées, nectars délectables !

Dans quelques minutes, le spectacle va commencer , il faut gagner vos places. En haut de la butte, une petite main déchire les billets, oriente les spectateurs. La nuit gagne, le prologue débute …
Patience, il faut s’asseoir et attendre le noir.

Texte de Claire